Rencontrez Gian-Carlo, président du Groupe Paré

Pour son commerçant du mois de mars, le Groupe Laroche s’est entretenu avec Gian-Carlo Paré, président du Groupe Paré. Avec son père, Michel, le fondateur du Groupe, et sa sœur, Marie-Noël, ils sont à la tête de 29 dépanneurs en Estrie, au Centre-du-Québec et sur la Rive-Sud.

Au sein du Groupe Paré, vous travaillez avec votre père et votre sœur, qu’est-ce que cela a comme avantage?

Gian-Carlo : Un avantage majeur de travailler avec des membres de notre famille est que les relations sont facilitées. On peut dire qu’on se connait déjà amplement! Aussi, travailler ensemble nous permet d’avoir des contacts réguliers et, aussi drôle que cela puisse paraître, de passer du temps en famille ! Sinon, avec nos rythmes de vie, nous ne pourrions pas nous voir aussi souvent !

Tous les trois, vous gérez près de trente commerces, comment y arrivez-vous?

Gian-Carlo : Nous avons chacun notre rôle et nous sommes soutenus par une super équipe ! Mon père, le fondateur du Groupe Paré, lui travaille sur le plancher et se promène entre nos dépanneurs. Pour ma part, je suis président de l’entreprise et je suis responsable de son développement. Ma sœur Marie-Noël, quant à elle, possède trois dépanneurs parmi nos 29 et est présidente de ceux-ci.

Dans tous nos magasins, il y a un gérant et pour chaque territoire, un superviseur. Nous sommes aussi épaulés par un superviseur en chef. Tous ces gens sont, entre autres, responsables du contact direct avec les employés de plancher. Notre équipe compte aussi une cuisinière en chef qui se promène entre nos dépanneurs pour standardiser les recettes et superviser.

Votre sœur et vous avez-vous toujours su que vous vouliez marcher sur les traces de votre père, fondateur du Groupe Paré?

Gian-Carlo : En fait, mon père a eu son premier dépanneur avant même la naissance de ma sœur Marie-Noël et la mienne. Ensemble, nous avons passé la majeure partie de notre jeunesse dans le dépanneur de nos parents.

Marie-Noël a eu la piqûre toute jeune en voyant mon père éprouver beaucoup de plaisir en travaillant. Pour elle, ça a toujours été clair qu’elle souhaitait prendre la relève ! Dès ses quatorze ans, elle a donc commencé à travailler comme caissière dans un magasin de mon père. Et à 21 ans, elle achetait son premier dépanneur !

J’ai alors pris sa place dans le dépanneur de mon père. Mais de mon côté, ça n’a pas toujours été évident que je souhaitais poursuivre cette carrière. Dès que j’y suis plongé toutefois, j’ai eu la piqure ! Et me voilà maintenant président de l’entreprise !

Pourquoi les dépanneurs sont-ils un type de commerce important de nos jours à votre avis?

Gian-Carlo : Ce sont des commerces de proximité ! Ils permettent aux gens de sauver du temps : nous sommes situés près de chez eux et nous offrons plusieurs produits très différents à un même endroit. Donc, en un arrêt les gens peuvent acheter du lait et faire le plein d’essence ! C’est très pratique avec les rythmes de vie effrénés que la plupart des gens ont de nos jours.

Quels sont vos objectifs futurs?

Gian-Carlo : Un objectif que nous chérissons depuis quelques années déjà est d’avoir 100 dépanneurs ! Aussi, nous aimerions trouver un élément qui rendrait nos magasins uniques ! Quelque chose qui les différencierait des autres ! Quoi? Ça, ça reste encore à déterminer.

Quel est le plus gros enjeu auquel vous faites face?

Gian-Carlo : Sans hésitation, la pénurie de main-d’œuvre ! Ça représente même un frein à l’ouverture de nos 100 dépanneurs. Nous offrons des horaires flexibles autant que possible, mais cela n’est pas suffisant pour que les CV se multiplient. À Sherbrooke tout de moins, on est chanceux avec l’Université et le Cégep. Il y a une grande masse étudiante !

Au fil des années, les dépanneurs ont bien évolué, comment pensez-vous qu’ils changeront encore dans le futur?

Gian-Carlo : Actuellement, le prêt-à-manger et les bières de microbrasserie sont de grosses tendances dans les dépanneurs. Je pense toutefois que de plus en plus, les gens désireront y trouver des aliments frais, préparés sur place, et même, des repas complets ! Aussi, à mon avis, les dépanneurs seront de plus en plus situés sur des sites où se trouvent d’autres commerces, un peu à la façon des quartiers du Groupe Laroche. Aussi, peut-être les dépanneurs deviendront-ils des points de chute pour les colis des Amazon de ce monde !

Comment vous êtes-vous associé au Groupe Laroche?

Gian-Carlo : Quand le Groupe Laroche a ouvert le quartier St-Élie, nous avons signifié notre intérêt à Éric Laroche pour de futurs projets. Quand le projet du Quartier Santé a été lancé, il nous a demandé d’en faire partie. Nous avions certains doutes par rapport à l’emplacement de ce nouveau quartier, mais Éric nous a convaincus d’embarquer. Et nous ne regrettons pas du tout ! Le Groupe Laroche a une bonne vision du futur !

Et pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir un dépanneur avec le Groupe Laroche?

Gian-Carlo : Ce sont des gens de confiance ! Ils ont de belles idées, de beaux projets et se montrent à l’écoute de nos besoins. Et même une fois le bail signé, ils demeurent présents, ils ne se volatilisent pas comme d’autres locateurs le font parfois. Aussi, le match entre le Groupe Laroche et le Groupe Paré est excellent comme nous sommes deux entreprises familiales.

Le concept des quartiers de proximité du Groupe Laroche nous permet aussi de profiter d’une belle affluence grâce à la présence d’autres commerces autour. Ça crée une bonne synergie !

Partager :